Iso Grifo A3C – Bizzarrini 5300 GT @ Le Mans

Ferrari 250 TR, GTO, Breadvan tous sont des enfants prodigues de Giotto Bizzarrini, le mythique  ingénieur automobile. Il a travaillé pour Ferrari à partir de 1957 en tant que développeur, concepteur, pilote d’essais expérimenté, et ingénieur...

Ferrari 250 TR, GTO, Breadvan tous sont des enfants prodigues de Giotto Bizzarrini, le mythique  ingénieur automobile. Il a travaillé pour Ferrari à partir de 1957 en tant que développeur, concepteur, pilote d’essais expérimenté, et ingénieur en chef pendant cinq ans. Il a développé les Ferrari 250 TR (Testarossa), Ferrari 250 GT SWB (Berlinette empattement court ou Passo Corto), et Ferrari 250 GTO 1962. Les meilleures voitures de leur temps … Il a finalement été congédié et a rejoint Automobili Turismo e Sport (ATS), une compagnie créée par d’anciens ingénieurs de Ferrari. Chez ATS, il a travaillé sur l’amélioration du châssis # 2819 GT, une Ferrari 250 GT SWB, aux spécifications GTO pour le comte Giovanni Volpi. Il en est résulté la Ferrari 250 GT SWB Drogo également connue comme la « Breadvan » ou « camionette » en français. Une voiture pas très belle, mais qui est peut-être devenue encore plus célèbre que la GTO : elle était 7 kmh plus vite que la GTO dans la ligne droite des Hunaudières au Mans, mais un arbre de transmission cassé l’a contrainte à l’abandon …

Iso Grifo A3L (Lusso) ou Bizzarrini 5300 GT Strada: la version routière

Bizzarrini a démarré une collaboration avec Giorgetto Giugiaro - designer chez Bertone à cette époque – dont le résultat fut l’Iso Grifo A3L (L pour Lusso) dévoilée en 1963. Elle était basée sur un châssis raccourci d’Iso Rivolta GT avec un style de carrosserie faite main extrêmement basse et large. En voici une en vedette au camping du Mans, où l’on pouvait admirer beaucoup de clubs de voitures anciennes mises dans leur contexte comme ici avec un Solex et un Combi VW.

Road legal

C’était l’une des voitures de production les plus rapides de son temps avec une vitesse de pointe de 260 km/h. Plus tard les versions Iso Grifo 7 Litri seraient propulsées par un moteur Big Block 355 ch de Chevrolet Corvette.

Iso Grifo A3C ou Bizzarrini 5300 GT Corsa: la version competition

Bizzarrini produisit 29 exemplaires d’une version dérivée pour la compétition et nommée Iso Grifo A3C, C pour Competizione ou Corsa (course). Une nouvelle carrosserie légere et rivetée en aluminium fut conçue et construite par Piero Drogo, et le moteur 400 ch fut reculé dans le châssis jusque dans la cabine de conduite. C’est un must pour les amateurs de cette voiture car sa carrosserie en aluminium est certes coûteuse à réparer si elle est endommagée, mais elle souffre autrement moins de la corrosion. Le moteur V8 américain est aussi bien plus facile à réparer à faible coût que les moteurs V12 italiens équivalents de cette époque. Quoi qu’il en soit, la voiture ciblait les courses d’endurance et a participé en 1964 et 1965 aux 24 Heures du Mans, aux 1000 kms du Nürburgring et à Sebring en 1965. Il a gagné sa classe au Mans les deux années et a obtenu une 9ème place au général en 1965 sans aucun soutien de l’usine. Les A3Cs étaient parmi les voitures les plus rapides dans la ligne droite du Mans ces deux années, tout comme la  250 Breadvan auparavant…

Grâce à Le Mans Classic, ces voitures rares sur sont de retour en piste. Les voici dans cette séquence que j’ai tournée lors de l’édition 2010.

Le dernier mystère de l’étrange de Bizzarrini

Maintenant il y a encore quelque chose que je ne peux pas m’expliquer : Pourquoi ces versions de course en vedette au Mans Classic affichent-elles un signe « Strada » sur leur montant arrière, alors qu’elles sont d’évidence des versions  »Corsa »? Quelqu’un lisant ce post aurait-il la moindre idée là-dessus?